L’amour fou est improbable

Il m’est arrivé comme ça, au coin du museau, alors que non, je n’étais pas prête, je n’en voulais pas. Je n’ai même vu qu’il débarquait dans ma vie, ce jour-là, même pas pensé qu’il y laisserait une quelconque trace. Si je l’avais cru, au chaud dans le refuge de mes amours d’alors, je l’aurais chassé. Mais ce grand gamin monté en graine, avec ses gestes déjà doux, cet homme aux allures d’enfant, je ne m’en suis pas méfiée. Juste un peu agacée par la beauté qu’il m’imposait, qui éclaboussait tout et dont il semblait ne pas se rendre compte, ce que je trouvais un brin pédant.

Mais quand même, vite oublié ce beau garçon à la confidence blagueuse, à la complicité trop facile. Et quand il a toqué à ma vie, juste pour me parler, juste touché par mes mots – oui les mots que je confie à mon écrivailloir, qu’il avait lu – je n’ai pas eu peur non plus. Amusée, mais pas charmée.

Et il ne m’a pas charmée, n’a rien essayé. Lui non plus n’avait pas vu en moi ce que je serais pour lui. Comment aurais-je pu me méfier d’un homme qui avoue dormir dix heures par nuit, ne jamais faire de sport mais envisager la musculation, ne boire que de l’eau (et du lait-fraise à de très grandes occasions), vouloir porter des bretelles et savoir chanter le thème de Mononoké en japonais ? Mon petit frère, disais-je. Mon fendilleur, dirais-je bientôt, après qu’il eut commencé à percer ma carapace, à réveiller le cri de ce que j’avais voulu enfouir dans le mutisme.

Mon amour. Tout d’un coup ce fut là, total, inexorable. J’avais respiré ses cheveux et la certitude avait tout empli. Et aujourd’hui cet homme improbable, le plus farfelu, le plus inattendu des êtres qui font le monde nécessaire, grandit, sans perdre son enfance. Il prend doucement confiance en sa beauté – ce que j’appelle sa beauté, qui est son identité même, transparaissant – et il ne me semble plus pédant alors qu’il est moins incertain.

Tu veux une autre improbabilité, l’homme de la lune ? Tu veux vivre avec moi.

(Réponse à un questionnaire proposé par l’homme de la lune, « Cinq choses improbables le concernant ». Ceci est donc une note rigolote et superficielle.)

Publicités

2 commentaires »

  1. mirza said

    « Ceci est donc une note rigolote et superficielle. »
    Ben tu fais bien de le préciser 😉

    Moi j’aime bien, lire les mots des gens qu’ont un coeur beaucoup plus grand que la moyenne.

    Au fait, t’as été taguée :
    http://lezd.wordpress.com/2007/10/24/blog-pentsarazle-saria/

  2. Anne said

    Improbable…

    Je suis étreinte dans un double sens, là.

    Vis heureuse, va !

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :