Tout ce que tu veux mais pas ça

Allez, je viens si tu veux, on va t’arracher à toute cette laideur blanche, on ira au fond du jardin et on mangera des ours en guimauve recouverte de chocolat comme quand j’étais gamine et que tu adorais ça, je prendrai un châle pour que tu n’aies pas froid et je ne jouerai même pas à te faire peur en grimpant en haut du cerisier, si tu veux … Si tu veux même, je rentre pour de bon et j’oublie les kilomètres que j’ai mis entre nous pour essayer de t’aimer plus paisiblement, si tu veux je reviens et on recommence comme avant, les caresses et les gifles, s’il faut que tu déchires pour savoir que tu aimes alors d’accord, si tu veux pique tes colères de gamine qui me terrifient, si tu continues juste à être là, à ne pas avoir mal, juste à être si pleine de vie, si tu veux on ira au cheval ensemble, et je ne me ferai pas prier pour mettre ma bombe, et s’il faut je ne dis plus de mal d’Anne Sylvestre et je ne soupire plus quand tu compares n’importe quel groupe de rock aux Doors. Si tu veux même je ne me crispe plus quand tu allumes une cigarette, je n’essaie plus d’avoir raison, on repart en vacances à Noirmoutier et puis je te ramènerai en Argentine et je te jure que tu aimeras autant que la première fois, qu’on retrouvera les mêmes gens et que personne n’aura vieilli, quarante ans vous auront juste un peu patinés, pas abîmés, pas trahis, si tu veux même on y retrouvera mon père, s’il faut ça pour te guérir je le ressuscite. Si tu veux j’invente tout ce que tu veux, mais laisse-moi t’arracher à tout ça, je te soignerai avec ton thé si fumé qu’il en est presque imbuvable, je te lirai des bons livres et on caressera les chats, et je m’en fous si tu dis « je t’aime »à ton chien et pas à tes humains, je m’en occuperai aussi de ta bestiole, on ira courir et tu nous suivras en marchant, et tu m’apprendras à jardiner et je ferai un potager devant la cabane, et on retrouvera le ruisseau à écrevisses.

Tout ce que tu veux mais pas ça, pas tes larmes et la supplique dans ta voix qui tremble, pas les appareils surton torse pour être sûr que tu vas vivre encore, pas toute cette laideur, pas ce qui pique et refroidit, pas cette faiblesse qui te ressemble si peu. J’ai du mal à vivre près de toi mais tu es mes vraies entrailles et je ne vivrai pas sans toi.

[Ma mère est entrée à l’hôpital hier. J’ai craché ce texte juste après l’avoir appris. Elle va beaucoup mieux maintenant, elle va suspendre ou diminuer son traitement, ses examens sont normaux. Elle ne sait pas encore quand elle sort, mais les médecins ne sont plus inquiets.]

Publicités

11 commentaires »

  1. La Fraise said

    Pour la première fois en trois ans de blogging, une note m’arrache des larmes.

    Allez zeldounette, ça va aller (c’est tout pourri mais j’ai pas mieux)

  2. Chulie said

    :-*

  3. Floh said

    Han, j’ai vraiment paniqué en lisant, jusqu’à la dernière ligne…
    Courage ma belle, vraiment, et n’oublie pas de demander si tu as besoin.
    Je suis comme La Fraise, ça va aller…(pas mieux non plus). Je t’envoie des cargaisons de bises

  4. 9me said

    Ouf

  5. Pas said

    J’ai pas beaucoup mieux à dire, Zelda.
    Je suis là si t’as besoin, et ma maman est là-bas si la tienne a besoin.
    En espèrant qu’elle se remettra vite et que tout ira mieux.
    Des bisous plein.

  6. Aventurine said

    Je te lis toujours avec autant d’émotion. J’aime ta prose douce et à fleur de peau.. J’espère que tu vas mieux.
    Comment ça tu n’aimes pas Anne Sylvestre ? Grrr

  7. M* said

    Courage.

  8. mirza said

    Frisson intérieur. C’est un peu ce qui coulait de mon stylo quand mon père était coulé au milieu des bip-bips et des tuyaux.
    Je repense aussi à un échange de mails qu’on avait eu il y a… pffiou, au tout début de mon blogage. Tu te souviens ?
    Je pense à toi, à vous.

  9. mirza said

    Hum hum… « quand mon père était cloué » pas « coulé », bien sûr… quoi que…

  10. ada said

    Je suis aussi bien contente que cela aille mieux. Cela a du être un moment pénible. Prends bien soin de toi aussi.

  11. zelda said

    En vrac : merci à tous, à ceux qui ont mailé aussi.
    Ca va mieux même si elle est toujours à l’hôpital, elle n’est plus en soins intensifs, je vais la voir dans une dizaine de jours, je dors à nouveau …Encore un peu tenir, comme souvent.

    La Fraise : essuie ses larmes, ça fait fuir le mâle trop sensible qui a peur de s’y mettre aussi (désolée, pas trouvé mieux)
    Aventurine : J’adore Anne Sylvestre, mais j’aime bien faire enrager ma mère aussi 🙂
    Mirza : Je me souviens 🙂

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :